Sard Falasteen, December 15 2018

337.000 arrestations de palestiniens depuis la première Intifada, selon un rapport

Photo: Abdel Hafiz Hashlamoun

Un Palestinien sur trois a connu la détention ou la prison aux mains de l'occupation israélienne. Les organisations des droits l'homme décrivent cette pratique comme une "politique systématique" qui cherche à intimider et à contrôler la population palestinienne dans les territoires occupés.

Un nouveau rapport du Centre d'Etudes des prisoniers palestiniens, publié à l'occasion du 31e anniversaire de la première Intifada, documente près de 337.000 cas d'arrestation arbitraire par l'occupation israélienne dans le territoire occupé, depuis le début de la première Intifada, en décembre 1987 jusqu’à ce jour.

Selon le porte-parole du centre, Ryad Al-Ashqar, "la détention arbitraire est un instrument de répression et de punition collective contre la population palestinienne. Elle est devenue une partie du quotidien des Palestiniens dans les territoires occupés".

Une réalité documentée

La détention sous occupation, en Palestine, se fait à travers des ordres militaires, donnés par le commandeur israélien régional, souvent, sans ordre judiciaire. Dans son rapport annuel de 2017, l'association palestinienne de défense des droits de l'homme "Addameer", explique que l'occupation israélienne emploie des méthodes d'intimidation et même de torture physique et psychologique. Ces méthodes cherchent à obtenir des confessions des détenus, qui pourraient servir à les faire condamner devant un tribunal militaire. Addameer souligne que le taux de condamnation des Palestiniens dans les tribunaux de l'occupation israélienne, s'élève à 99.7%.

Amnestie Internationale, dans un rapport publié à l'occasion des 50 ans de l'occupation, en juin 2017, a dennoncé les "détentions arbitraires" contre des travailleurs des ONG, des défenseurs des droits de l'homme, des députés et même d'enfants. Selon Amnestie Internationale, 441 sur les plus de 6000 détenus dans les geôles de l'occupation en juin 2017, sont placés sous détention administrative. Cela veut dire que le détenu et son avocat n'ont pas d'accès à son dossier, classé "secret". Le détenu est emprisonné pour une période de six mois, rénouvelable indéfiniment. Amnestie a aussi dénoncé, de manière répétée la "torture et le traitement malsain" des détenus palestiniens aux mains des forces de l'occupation.

Written by

Sard Falasteen

Previous Le manque des médicaments à Gaza peut causer une "catastrophe humanitaire" dit le ministère de la santé palestinien
Next Les premières pluies de l'an en Palestine élèvent les espoirs